Construire un muret dans son jardin

Le muret joue un rôle important dans l’aménagement d’un jardin paysagé. En pierre, en brique ou en béton, il mêle l’esthétique du végétal et du minéral tout en structurant vos espaces extérieurs.

Voici comment construire un joli muret de jardin.

Choisir son muret

Le muret peut avoir différentes fonction dans un extérieur paysagé : cloison séparative, élément de relief, création de rocaille…

Les différents types de muret

Il existe 3 principaux types de murets :
• Le muret de soutènement, très utile pour les jardins en pente ou les terrains en surplomb. Sa hauteur dépendra de la hauteur du terrain à soutenir.
• Le muret de clôture, qui entoure votre propriété. Il peut être bas pour supporter tous types de clôtures, ou en hauteur pour préserver votre jardin des regards indiscrets.
• Le muret de séparation : on peut utiliser le muret comme élément séparatif, afin de délimiter différents zones comme la terrasse, le potager ou la piscine. Dans ce cas, une hauteur de 0,80 m à 1 m est suffisante.

Choisir son matériau

Selon l’aspect souhaité, vous pouvez choisir la pierre, la brique ou le béton.

Le muret en pierre

La pierre apporte beaucoup de charme à votre jardin. Vous pouvez choisir entre :
• La pierre naturelle : pour un rendu ancien et traditionnel des plus authentiques. Les nombreux interstices irréguliers accueilleront faune et flore et abritera la biodiversité de votre jardin. Selon la pierre choisie, vous aurez un aspect différent (calcaire, grès, granit, lave, etc). Pour renforcer la typicité de votre jardin, utilisez la pierre du pays, voire celles de votre terrain !

• La pierre reconstituée : il s’agit de béton moulé imitant l’aspect des pierres naturelles, vendues sous forme de pavés ou plaques.

Le muret en brique

Facile à mettre en œuvre, peu chère et solide même en faible épaisseur, la brique a bien des atouts. Vous avez le choix entre différentes types de briques :
• La brique ordinaire : souvent dépareillées, elles doivent être enduites afin d’être protégées des intempéries.
• La brique de parement : elle offre un large choix de textures et de teintes. Elles résistent au gel, à la pluie et à l’érosion.
• La brique de construction : très robustes et imperméables.

Choisissez des briques pleines, plus solides. Vous pouvez également choisir des formes spéciales pour former un mur décoratif (angles, arches, etc).

Le muret en parpaing

Matériau de construction par excellence, le béton se prête à de nombreuses utilisations. On peut les acheter sous la forme de modules tout prêts, faciles à assembler, ou le couler pour une plus grande variété de formes.
• Le béton traditionnel : bon marché et solide, choisissez cette option si vous désirez enduire ou crépir votre muret.
• Le béton cellulaire : léger et isolant, il est rempli de bulles d’air. Si vous prévoyez d’appliquer de la peinture ou de l’enduit au rouleau, préférez ce type de béton.

La construction du muret

La réglementation

Pour ériger un muret qui ne constitue pas une clôture, vous n’avez pas besoin de permis de construire, ni de déclaration préalable.

Pour un mur de clôture, vous devrez en amont consulter le PLU auprès de votre mairie, qui pourra également vous renseigner sur une éventuelle déclaration préalable. Sachez que si votre mur dépasse les 2 m, vous devrez obligatoirement remplir une déclaration préalable de travaux auprès de votre commune.

Les types d’assemblages

• La pose pierre sèche : réservée aux murets en pierre, il s’agit de les poser simplement les unes sur les autres : elles sont choisies pour s’adapter parfaitement les unes aux autres ! Attention toutefois, car tous les types de pierres ne conviennent pas à la pose sèche : pensez à vous renseigner auprès de votre fournisseur.

• La pose maçonnée : on constitue des rangées de pierres, de briques ou de parpaings en les colmatant avec un mortier.

La construction d’un mur maçonné en pierre

  1. Creusez les fondations du muret, en réalisant une semelle de béton d’environ 15 cm d’épaisseur. Laissez sécher pendant au minimum 7 jours. Une fois les fondations sèches, posez des piquets et tendez des cordeaux afin de délimiter et respecter l’alignement des pierres.
  2. Mouillez la semelle, afin d’éviter que le béton n’absorbe l’eau du mortier de jointement. Puis, appliquez une première couche de mortier à la chaux, épaisse d’environ 5 cm.
  3. Pour l’élévation du mur, posez les pierres une à une en commençant par l’extrémité du muret : utilisez les plus larges pour le premier rang. Alternez les pierres en fonction de leur forme, puis tapez-les à l’aide d’une massette pour bien les caler. Travaillez des deux côtés du mur, et appliquez une couche de mortier à la chaux entre chaque rangée de pierres.
  4. Remplissez les joints verticaux à la truelle, en s’aidant d’une taloche pour ne pas déborder sur les côtés. Enfin, effectuez les finitions.

Pour construire un muret dans votre jardin, faites appel aux compétences d’un paysagiste !

Végétaliser son muret de jardin

Agrémenté de végétation, le muret est un atout pour la biodiversité de votre jardin. Vous pouvez l’agrémenter avec toutes sortes de végétaux, de façon à l’intégrer le plus possible dans le paysage : arbustes, massifs de fleurs, vivaces tapissantes, grimpantes… En jouant sur une palette végétale variée, on casse la linéarité du mur, pas toujours très accordée avec les courbes du terrain.

Pour aller plus loin, découvrez comment fleurir un muret en pierre pour apporter du charme à votre jardin.

Histoire de Jardin